Environnement : de nombreuses rivières françaises polluées par des détergents et pesticides

, par  DMigneau , popularité : 0%

Environnement : de nombreuses rivières françaises polluées par des détergents et pesticides

Dans certaines rivières françaises, on retrouve des quantités importantes d’herbicides et de détergents, notent « l’Institut national de l’environnement industriel et des risques » et « l’Office français de la biodiversité ». Hans Lucas via AFP

Plusieurs rivières françaises sont polluées par des insecticides, des détergents, des herbicides et même des médicaments, d’après deux études communes de « l’Institut national de l’environnement industriel et des risques » (Ineris) et de « l’Office français de la biodiversité » (OFB), publiées ce vendredi 22 octobre.

Nos rivières sont polluées. Certains sites sont tellement infestés d’herbicides ou de médicaments que la biodiversité locale pourrait même en payer le prix.

Telles sont les conclusions de deux études communes publiées vendredi 22 octobre par « l’Institut national de l’environnement industriel et des risques » (Ineris) et de « l’Office français de la biodiversité » (OFB), publiées vendredi 22 octobre.

Les organismes ont procédé à une évaluation des concentrations de 141 contaminants sur 1 600 sites sur des rivières françaises entre 2016 et 2018.

La bonne nouvelle : 122 contaminants ne présentent pas de dépassements des seuils " éco-toxicologiques " ou alors très exceptionnellement, sur " moins de 5 % des sites ", apprend-on dans un communiqué.

La mauvaise : les 19 contaminants restants qui ont été relevés risquent d’endommager la biodiversité locale.

Des résidus de détergents ont été détectés dans 95 % des sites qui affichent des dépassements des seuils. Quant aux insecticides, aux herbicides et aux médicaments, ils sont respectivement présents dans 40, 25 et 20 % de ces sites pollués.

Certains lieux sont tellement contaminés que les concentrations des composés - détergents ou " biocides " - peuvent dépasser de 10, voire de 100 fois les valeurs de seuils d’impact chronique.

D’où proviennent ces " contaminants " ?

Les composés analysés durant deux ans peuvent avoir des sources très diverses. Beaucoup proviennent des activités agricoles et domestiques. Le " lessivage " des sols agricoles fait, par exemple, des ravages.

Le développement de l’agriculture intensive a joué un rôle majeur. Les engrais, – utilisés pour éviter la perte de nutriments – et les pesticides – censés remplacer les prédateurs naturels des insectes – sont transportés par les eaux de pluie en direction de la nappe phréatique.

Les cours d’eau, rivières, ainsi que les eaux souterraines peuvent être touchés par le phénomène. Dans la nature, le sol est - au contraire - préservé de ce " lessivage " grâce à un épais couvert végétal qui n’existe logiquement pas sur les terrains agricoles.

Les entreprises ont également une part de responsabilité, puisque certaines n’hésitent pas à rejeter des déchets industriels dans les cours d’eau français. C’est le cas de la fromagerie " Lactalis " qui a été condamnée en 2019 à payer 100 000 euros d’amende dont la moitié avec " sursis ", pour avoir déversé des déchets dans l’Isère.

Magazine " Marianne "