Info " Marianne " : pendant que Paris fumait encore samedi soir, Edouard Philippe… fêtait son anniversaire

, par  DMigneau , popularité : 0%

Info "Marianne " : pendant que Paris fumait encore samedi soir, Edouard Philippe… fêtait son anniversaire

Edouard Philippe a eu 48 ans le mercredi 30 novembre. - MUSTAFA YALCIN / ANADOLU AGENCY

Selon nos informations, le Premier ministre, qui a eu 48 ans mercredi dernier, a fêté son anniversaire le soir du samedi 1er décembre avec une trentaine de proches, dont plusieurs membres du gouvernement. Mauvais timing pour Edouard Philippe, alors que les carcasses des voitures incendiées par des casseurs fumaient encore dans Paris…

Samedi soir, 1er décembre, des millions de Français hallucinaient en regardant, sur BFMTV et consorts, les scènes de chaos dont les rues de Paris étaient le théâtre en marge de la nouvelle journée d’action des " gilets jaunes ".

Tous les Français ? Non.

Un " irréductible Gaulois " résistait à cette atmosphère lourde et angoissante, en fêtant son anniversaire. Un certain… Edouard Philippe.

Edouard Philippe " n’est resté qu’une heure "

Ainsi, selon nos informations, le Premier ministre a fêté son anniversaire samedi soir avec une trentaine de proches, dont plusieurs membres du gouvernement, parmi lesquels Gérald Darmanin et Sébastien Lecornu.

« Ils sont arrivés tard et partis tôt », relève un des convives.

Edouard Philippe a eu 48 ans mercredi dernier, le 28 novembre, et cette fête " entre amis " a eu lieu à son domicile privé, dans le nord du 9e arrondissement de Paris, entre place Clichy et Pigalle.

Pas si loin des Grands Boulevards où les casseurs sévissaient mais tout de même suffisamment pour ne pas gâcher le moment avec des bruits d’explosions.

« Cette soirée était prévue de longue date et tout était organisé non pas à Matignon mais chez lui, par son épouse », insiste auprès de " Marianne " un des participants, qui assure aussi que le Premier ministre, « compte tenu des événements, n’est resté qu’une heure. Il est arrivé vers 22h30 et il est reparti ensuite, après avoir embrassé tout le monde ».

Un autre invité raconte : « Anniversaire loupé, Edouard était " au boulot " jusqu’à 22 heures 30 et il arrivé tard quand plusieurs convives étaient déjà partis. Darmanin et Lecornu partaient justement à ce moment-là ».

De fait, le chef du gouvernement n’est pas resté longtemps. Vers 23h30, il s’est rendu à la préfecture de police de Paris afin de rendre hommage aux forces de l’ordre.

Les chaînes " d’information en continu " ont retransmis son allocution à partir de 23h51.

Changer le gouvernement, une option pour Macron

« C’est vrai, cet anniversaire tombait mal ce jour-là », admet un deuxième participant, embarrassé « par le sens qui pourrait être donné à cette soirée privée ».

Pas tout à fait faux, tant " la rive droite " de Paris n’avait pas connu pareilles scènes d’émeutes depuis des années…

Alors, était-il opportun que plusieurs membres du gouvernement, réunis autour du Premier ministre, " sabrent le champagne " après la journée d’émeutes urbaines qu’a connu Paris ce samedi 1er décembre ?

« Pas au courant », réagit auprès de " Marianne " un conseiller de l’Elysée.

Dans l’entourage d’Edouard Philippe, même si son agenda cette semaine est chargé en consultations en tout genre, tant avec les « chefs de parti » qu’avec les " gilets jaunes ", on lève les yeux au ciel à l’évocation de cet anniversaire.

« Pour l’instant, on cherche une sortie de crise », glisse un proche.

Le même admet pour " Marianne " « ne pas se faire trop d’illusions pour la suite, tant Edouard est à " la place du mort " de la Ve République ».

Selon cette source, la démission du gouvernement serait bel et bien « une des options actuellement sur la table du président de la République ».

Laurent Valdiguié

Marianne