Pour Macron, les aides sociales " déresponsabilisent " et " coûtent un pognon de dingue "

, par  DMigneau , popularité : 0%

Pour Macron, les aides sociales " déresponsabilisent " et " coûtent un pognon de dingue "

D’après Emmanuel Macron, il faut " responsabiliser " les bénéficiaires d’aides sociales. - Capture d’écran - Twitter Sibeth Ndiaye

Alors qu’Emmanuel Macron doit dévoiler ce mercredi 13 juin le cadre de sa " politique sociale ", l’Élysée a publiée une vidéo dans laquelle le président de la République fustige les aides sociales qui coûtent un " pognon de dingue " sans endiguer la pauvreté.

Décidément, le coup de barre " à gauche " attendra. Alors qu’il doit se rendre ce mercredi 13 juin à Montpellier pour définir l’orientation de sa " politique sociale ", une vidéo publiée quelques heures auparavant sur " Twitter " par sa conseillère presse Sibeth Ndiaye montre Emmanuel Macron peaufinant son discours, entouré de ses conseillers.

Dans un langage familier, le président de la République peste contre des aides sociales qui coûteraient trop cher à l’État : " La politique sociale, regardez, on met un pognon de dingue dans des minimas sociaux et les gens sont quand même pauvres ".

https://twitter.com/SibNdiaye/status/1006664614619308033

Dans cette vidéo faussement " off ", Emmanuel Macron pose un diagnostic tranché sur le système social français. " On met trop de pognon, on déresponsabilise et on est dans le curatif ", explique-t-il avec une gestuelle très " sarkozyenne ", tapant du poing sur son bureau.

Il dévoile alors ses intentions sur le sujet : " Toute notre politique sociale, c’est qu’on doit mieux prévenir - ça nous coûtera moins, ensemble - et mieux responsabiliser tous les acteurs, s’écrie-t-il. [Aujourd’hui] les gens pauvres restent pauvres, ceux qui tombent pauvres restent pauvres. On doit avoir un truc qui permet aux gens de s’en sortir. Par l’éducation… ".

Une " politique de responsabilité "

" Responsabilisation ", le mot revient plusieurs fois dans la bouche du chef de l’État, comme s’il fallait donner un coup de pied au derrière des bénéficiaires d’aides sociales : " Il faut prévenir la pauvreté et responsabiliser les gens pour qu’ils sortent de la pauvreté. Et sur la santé, c’est pareil. Tout le système de soins que je veux repenser, c’est aller vers plus de prévention pour responsabiliser, y compris les acteurs de soins ".

C’est alors qu’il mentionne la mise en place prochaine de l’une de ses promesses de campagne : le " reste à charge zéro ". Soit le remboursement à 100 % de certaines lunettes, prothèses auditives et dentaires.

Une réforme destinée aux personnes qui renoncent aux soins et une façon de tenter de se débarrasser de l’étiquette de " président des riches " qui lui colle à la peau : " C’est dans ce contexte-là qu’on fait le reste à charge zéro. C’est une politique de responsabilité car tout le monde va au pot […], je demanderai des efforts aux mecs qui font des lunettes, aux types qui font des verres ".

Et de conclure sur une métaphore culinaire, en rejetant le discours que ses collaborateurs lui avaient porposé : " Là, c’est cohérent. Sinon vous n’aviez pas de fil directeur. C’était de la lasagne à la feta avec de la paella ! ".

Un plan d’économie de 7 milliards d’euros

Une rhétorique qui correspond à la petite musique gouvernementale jouée ces dernières semaines sur les aides sociales.

La diffusion de cette vidéo semble, en effet, s’inscrire dans un plan de communication de l’exécutif visant " à faire avaler " à l’opinion une baisse à venir des minimas sociaux dans le but de réaliser des économies.

C’est en tout cas ce qu’a assuré la semaine dernière " Le Canard Enchaîné ", qui a dévoilé le chiffre de 7 milliards d’euros d’ici à 2022 et qui, ce mercredi 13 juin, cite un conseiller gouvernemental sous le couvert de l’anonymat :

" Pour éviter que les oppositions se coagulent contre ces économies budgétaires, il était prévu qu’aucune donnée chiffrée ne devait sortir avant que l’opinion soit préparée par des sondages opportuns et par une communication gouvernementale justifiant par avance ces mesures ".

Un objectif qui avait été démenti par Agnès Buzyn, ministre des Solidarités et de la Santé, sur " RTL " le 6 juin, tout en concédant tout de même qu’il y a " trop " de prestations sociales en France.

" Nous recherchons ce qui fonctionne, nous arrêtons de financer ce qui ne fonctionne pas ", dans le but que la " totalité des prestations " soit passée au crible de " l’exigence d’efficacité ".

Des déclarations qui intervenaient quelques jours après celles de Gérald Darmanin également sur " RTL ". Assurant également qu’il y a " trop " d’aides sociales en France, le ministre de l’Action et des Comptes publics soulignait pour sa part qu’il fallait " revoir le système d’aides sociales " : " Il y a une multiplicité d’allocations qui sont parfois contradictoires dans leur objectif ".

Et le ministre de l’Économie, Bruno Le Maire, de reprendre le refrain ce mercredi 13 juin sur " RTL ", appelant une politique d’aides sociales plus " utile ".

Vous l’avez, la petite musique ?

Magazine Marianne