Tribune. " La libération de Georges Abdallah, une exigence de justice ! "

, par  DMigneau , popularité : 0%

Tribune. " La libération de Georges Abdallah, une exigence de justice ! "

Crédit photo : " Collectif Palestine Vaincra "

Le 24 octobre 2021, le militant pour la cause palestinienne Georges Abdallah aura passé 37 ans dans les prisons françaises. Dans une tribune publiée sur " Médiapart ", plusieurs centaines de personnalités - et notamment Anasse Kazib, cheminot, candidat de " Révolution Permanente " à l’élection présidentielle, appellent à sa libération et à une manifestation le 23 octobre devant la prison de Lannemezan où il est enfermé.

Nous relayons cette tribune initialement publiée dans " Mediapart "

Georges Ibrahim Abdallah est un « communiste » libanais d’origine chrétienne maronite, enfermé en France depuis bientôt 37 ans.

Pourquoi ?

Comment un Libanais arrêté en 1984 à Lyon est-il encore dans les prisons françaises malgré le fait qu’il soit " libérable " depuis 22 ans ?

Enseignant dans le nord du Liban dans les années 70, Georges Abdallah s’engage auprès du peuple palestinien et contre la colonisation.

Très jeune, il quitte sa région pour rejoindre la mobilisation contre l’occupation israélienne, notamment au moment des invasions de 1978 et de 1982, dans un Liban alors en pleine guerre.

Ces opérations militaires à répétition furent ravageuses et meurtrières pour les populations palestinienne et libanaise. Les bombardements de l’armée israélienne feront des milliers de victimes civiles et la barbarie trouvera son apogée à travers les désormais tristement célèbres massacres des camps de réfugié.e.s palestinien.ne.s de Sabra et Chatila en septembre 1982.

Dans ce contexte, Georges Abdallah co-fonde les " Fractions Armées Révolutionnaires Libanaises " (FARL) qui revendiquent plusieurs opérations sur le sol français dont les exécutions en 1982 de Yacov Barsimentov et Charles Ray, agents du " Mossad " et de la CIA en activité.

Arrêté à Lyon le 24 octobre 1984, Georges Abdallah a été condamné à la perpétuité pour " complicité d’assassinats " à la suite d’un procès politique et criblé d’irrégularités.

À titre d’exemple, citons le cas de son premier avocat, Jean-Paul Mazurier qui révélera quelques temps après le procès, avoir travaillé pour les « Services de renseignements » français.

Ou encore ces accusations loufoques - officiellement démenties quelques temps plus tard - à l’encontre des frères Abdallah, supposément responsables des attentats de la rue de Rennes à Paris en 1986.

Attentats qui serviront à ériger Georges Abdallah en " bouc-émissaire " dans une période où le pouvoir et les médias de l’époque cherchent un coupable aux attentats sanglants qui font " la Une " des actualités.

Le procureur réclamera 10 ans d’emprisonnement.

Georges Abdallah sera condamné à perpétuité.

La justice d’exception tourne à plein régime.

D’après le droit français, il est éligible à une « libération conditionnelle » depuis 1999. Pourtant, Georges Abdallah a fait huit demandes de libération.

Sans succès.

En 2013, le « Tribunal d’application des peines » accorde cette libération mais la conditionne à une expulsion vers le Liban. Manuel Valls alors ministre de l’intérieur refuse de signer l’arrêté d’expulsion.

Le motif ?

Georges Abdallah refuse de se repentir. « L’État » français poursuit son acharnement. Georges Abdallah restera en prison.

En mars 2020, Georges Abdallah a reçu pour la troisième fois la visite de M. Rami Adwan, ambassadeur du Liban en France, cette fois accompagné de Mme Marie-Claude Najm, ministre de la Justice du gouvernement libanais démissionnaire.

Lors de cette rencontre, ils ont réaffirmé le soutien de « l’État » libanais à la libération de Georges Abdallah. Tout comme la mobilisation pour sa libération qui se développe en France depuis plus de 15 ans, mais aussi au Liban où l’attendent sa famille et de nombreux soutiens, en Palestine où il est considéré comme un des 4 650 prisonnier-e-s palestinien-ne-s et dans des dizaines de pays à travers le monde.

Le 24 octobre 2021, Georges Abdallah aura passé 37 ans dans les prisons françaises. Il est devenu le plus ancien prisonnier politique d’Europe. La veille, le 23 octobre, nous serons plusieurs centaines à nous faire entendre et à exiger sa libération devant la prison de Lannemezan où il est enfermé.

Aujourd’hui, demander sa libération est une simple exigence de justice !

Libérez Georges Abdallah !

Revolutionpermanente.fr